ZoulouE #1

le

Hey c’est quoi un Light Novel?

Tout d’abord, n’oubliez pas que la France est le deuxième ou troisième (ça dépend de la consommation des Etats-Unis qui sont soit juste devant soit derrière la France en fonction des années) consommateur de Manga dans le monde juste après le Japon ce qui vous sera utile pour comprendre la suite de notre histoire!

Alors les Light Novels ce sont des romans qui s’adressent à un public d’adolescents et de jeunes adultes, ils sont une spécificité Japonaise. Afin d’être rapide à lire, les Light Novels sont majoritairement composés de scènes de dialogues et agrémentés d’illustrations dans le style graphique du manga en début de chaque chapitre.

Les romans suivent un processus de publication similaire au manga, les chapitres sont d’abord publiés un par un dans un magazine spécialisé avant d’être regroupés et publiés en livre. Les volumes reliés varient entre 200 à 250 pages au Japon et coûtent seulement 4 à 6€. 

En France les light novel ont commencé à être publiés depuis 2006 et explose vraiment depuis 2015,  les éditeurs ont fait le choix d’un format plus proche du roman (grand format, 500 pages, 19.90€ )

Pour l’instant tout le monde s’accorde pour dire que les origines de ce format restent encore floues mais qu’il semblerait qu’il soit apparu dans les années 70 avec des histoires courtes sur certains sujets.

Notre Light Novel : ZoulouE

Hey et après tout ça ? On parle de ce que vous allez pouvoir trouver sur ce blog. ZoulouE.

J’avais envie de développer un light novel qui faisait la part belle aux femmes. J’ai développé un projet qui se nomme Femmes Inspirantes et qui consiste à faire des interviews ou des plateaux pour mettre en avant les histoires et parcours de femmes afin de montrer les diversités et les possibilités qui existent depuis 2019. Cela m’a permis de rencontrer des personnalités inspirantes comme son nom l’indique et de me donner l’idée de coucher sur papier une histoire qui soit en mesure de correspondre à mes envies.

Voici donc ZoulouE, l’histoire d’une femme aux origines métissées, complexes et qui ne demande qu’à se découvrir. j’avais aussi envie de repenser ce que pouvait donner la Wonder Woman de Dc comics dans un environnement Français et de voir ce que cela pourrait donner avec notre propre culture.

Voilà donc une histoire, n’hésitez pas à commenter et donner votre avis.

Merci à vous.

Marseille, France, 2000

Dans un appartement du vieux port, une vieille télé du début des années 90 projette un clip sur Mtv.

“Copper sun sinking low, Scatterlings and fugitives, Hooded eyes and weary brows, Seek refuge in the night”

Scatterlings of Africa de Johnny Clegg & Savuka.

Devant se trouve une famille de 3 personnes. Le papa un français tout ce qu’il y a de plus type qui doit avoir 40 ans accompagné de sa femme à la peau d’ébène et aux cheveux noirs et longs. Assis devant la télé une petite fille de 10 ans est en train de regarder les membres du groupe Savuka. A ce moment là elle n’entend pas les cris provenant juste derrière elle trop intriguée par les positions étranges que prennent les musiciens dans le clip. 

Elle ne remarque donc pas ses parents se disputer et surtout son père partir par la porte en la claquant violemment d’un air qu’il ne reviendra sans doute jamais dans ce foyer qu’il a pourtant construit. C’est ainsi qu’un jour de l’année 2000 en France une petite fille se retrouvera seule avec sa mère et devant faire face à une vie des plus complexes. 

Étant une petite fille métisse avec une double culture mais ne sachant pas encore que sa couleur de peau et ses origines africaines de par sa mère lui seront préjudiciable d’ici seulement un an lorsque les attentats du 11 septembre éclateront et qu’ils mettront en exergue une partie de la population mondiale.  

Mais l’histoire de cette petite fille qui se nomme stella ne commencera réellement que lors de l’année 2020 ou des choses bien étranges lui arriveront.

En effet bien des années plus tard après que son père l’ait quitté et lui ait laissé un trou dans le coeur mais aussi les insultes et humiliation qu’elle a pu subir du fait de ce qui a pu se passer dans les premières années du 3è millénaire notre chère Stella se retrouve sur la jeté du port de Marseille avec ses amis.

Elle se retrouve à une heure du matin avec ses amies en train de se promener à vélo un soir d’été. Alors qu’il devait faire 40° en journée la nuit est un peu plus clémente mais reste tout de même chaude.

Stella se trouve à rouler sur le port avec 3 de ses amies, elles reviennent d’une soirée où elles se sont amusées mais sans pour autant se prendre la tête. Il faut bien profiter de la vie suite à tout ce qui a pu se passer dans le monde avec cette crise du Covid et toutes les restrictions.

-Ah, le port de Marseille, c’est l’endroit où il faut être le soir pour s’éclater ! cria Stella, Mais il ne faut pas trop que je tarde sinon ma mère risque de ne pas apprécier elle a souvent peur la nuit si je ne suis pas à la maison.

Les filles roulent assez vite mais l’une d’entre elles est plus éloignée que les autres, elle semble ne pas vouloir venir avec les trois filles.

-T’inquiète Stella, dit une des filles en se retournant, ta mère ne saura rien, il suffit de rentrer en faisant attention chez toi.

-Sandra a raison, poursuit une autre des filles, ce soir la ville est à nous, dis lui Sophie !

-Ouais, ce soir on va s’éclater, on va faire la fête, y a rien qui peut nous arriver.

-Mouais, mais je ne sais pas pourquoi je ne me sens pas super bien maintenant, j’ai peut être trop bu ou je ne sais quoi avant. 

-Arrête de dire ça Stella, faut profiter de la vie, ce soir c’est cool, on a enfin fini avec toutes ces histoires d’enfermement et de Covid, faut en profiter, ne me dis pas que tu as encore peur de ta mère ?

-Peur ?

A ce moment les quatre filles stoppèrent aussitôt car en face d’elles était apparu un groupe de femmes, elles étaient six.

Elles étaient toutes habillées de manière assez légère et leur peau était recouverte de fissures.

Leur chef était plus grande que les autres, elle faisait presque 1,80 m et avait un long manteau noir en plus des habits qu’elle partageait avec les autres filles.

Grâce à la lumière de leurs vélos, elles arrivaient à voir clairement ce groupe de filles qui les stoppait et une idée étrange vint à l’esprit de chacune d’entre elles. Est-ce que cela pourrait être des zombies ?

Les quatre filles se mirent à courir dès qu’elles comprirent que les femmes se trouvant devant elles leur voulaient du mal.

Elles partirent chacune d’un côté différent mais c’était insuffisant, les autres femmes étaient beaucoup plus rapides qu’elles, Stella essaya de s’enfuir dans une poubelle.

-Elles s’attaquent aux autres filles, je crois que je peux peut-être m’enfuir saine et sauve, il faut que je cours aussi vite que possible.

Les autres filles se firent rattraper assez rapidement et la bande de zombies commença à les dévorer.

-C’est bien, vous avez commencé à manger ces trois là mais vous avez oublié l’une d’entre elles, et je sens qu’elle est là bas, je vais m’en charger moi même, ça va être cool.

La chef du gang se mit aussitôt en marche pour aller traquer Stella, bien que celle-ci avait une certaine longueur d’avance, ce n’était pas suffisant pour lui échapper car les zombies sont bien plus rapides qu’on ne le pense. En fait ils sont plus rapides que les humains, ce qui fait qu’elle n’a mit que quelques secondes pour retrouver Stella et lui sauter dessus assez violemment pour la plaquer au sol.

-Tu es à moi, tu es plutôt rapide mais tu ne l’es pas assez pour pouvoir m’échapper, je suis peut être un zombie mais je suis beaucoup plus forte et rapide que tu ne le penses, petite idiote. Je crois que je vais m’amuser avec toi un peu avant de te tuer.

Je ne rate jamais un bon repas surtout quand il a l’air aussi appétissant comme toi.

La chef des zombies était une grande femme noire, avec des cheveux courts en forme de dreadlock, elle avait les ongles longs et rouges, malgré le fait qu’elle était un zombie et que sa peau se décomposent, elle semblait être encore assez jolie, on ne pouvait pas dire qu’elle âge elle avait car son visage était trop marqué par la zombification pour pouvoir le deviner à la vue.

Stella était une très jolie jeune femme elle aussi, elle venait tout juste de fêter ses 30 ans et travaillait au McDonald’s du coin. Elle était habillée comme les jeunes filles de son âge avec un blue jean et un haut de costard masculin, ça faisait fureur en cette période de l’année.

La chef des zombies commença alors à lui mordre le bras et à arracher de la peau, les autres membres de son groupe étaient déjà en action depuis longtemps et avaient bien avancé dans la dégustation des filles.

Il n’y avait pas grand monde dans les rues à cette heure ci étant donné les chaleurs de l’été beaucoup de personne restaient chez elle pour se rafraîchir et seul les jeunes sortaient pour faire la fête, avec les restrictions le vieux port était assez désertique en cette période de l’année et les rues étaient donc vide de manière générale.

Les Femmes Zombies étaient comme possédées, ça faisant un bruit de cochon en train de dévorer de la boue.

Stella était complètement sonnée, elle avait perdu conscience et ne se rendait plus compte de ce qui se passait autour d’elle.

-Soit polie petite fille, j’aime bien les gens qui se taisent pendant que je les mangent, c’est beaucoup plus intéressant.

Les autres filles étaient mortes depuis longtemps, elles n’avaient pas supporté d’être dévorées aussi vite par le groupe de zombies.

-Arrêtez de jouer avec ces gamines les filles, finissez une bonne fois pour toutes, je commence à m’ennuyer.

Elle s’arrêta un moment de dévorer Stella. Et se retourna vers sa bande.

-Allez mangez-les jusqu’à la fin, on a tout notre temps ce n’est pas une compétition entre nous, n’oubliez pas que nous sommes les seules zombies dans cette ville, il n’y a aucun souci à se faire à ce sujet.

-Je ne peux pas entendre ce que tu dis, ma vieille, j’ai le bruit des os qui se craque dans les oreilles, c’est trop bon, répondit une des autres zombies.

-J’ai l’impression de manger un hamburger, c’est trop bon.

Pendant que le groupe de zombies était en train de dévorer les pauvres filles, Stella commença à reprendre connaissance et à voir ses amies en train de disparaître dans les estomacs de leurs assaillantes.

-Non les filles, mon dieu c’est horrible, que nous arrive t-il ?

L’une des zombies la fixait du regard avec un sourire ouvert comme un croissant de lune, le sang coulait sur ses lèvres et elle continuait à plonger sa tête dans les intestins d’une des amies d’Hélène.

La chef des zombies décida alors de traîner le corps encore en vie Stella vers les autres pour pouvoir manger toutes ensemble.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s