ZoulouE #5

Quelques jours auparavant, Stella était encore une simple équipière à l’un des nombreux Mcdo de la ville.

Elle était tourmentée par les problèmes des jeunes adultes, comme la réussite aux examens, les petits copains, faire plaisir à ses parents, rien de plus rien de moins que n’importe quelle autre fille de son âge.

Rien de plus insouciant ou problématique.

Mais, ça c’était avant qu’elle ne se fasse agresser par des zombies qui l’ont laissée presque morte, mais avec assez de force pour survivre et devenir quelque chose dont elle n’avait pas encore conscience, quelque chose de plus important qui devait par la suite combattre les zombies eux-même.

Malgré tout, pour le moment, elle reste dans le déni, car elle ne peut pas croire ce qui lui arrive, comment cela peut-il être vrai, après tout, les zombies ne sont qu’une œuvre de science fiction et d’après ce qu’elle a pu voir pour le moment, elle n’a pas encore eu l’occasion d’en recroiser depuis. Elle a juste rencontré des personnes bien étranges. 

Elle s’était réveillée dans une ruelle puante et froide d’un quartier où elle n’avait pas l’habitude de mettre les pieds, les poubelles remplies d’ordures l’entouraient comme si elles formaient une barrière pour l’empêcher de sortir de là.

Avec ses dernières forces, elle réussit à se lever et à se diriger vers un des murs, elle essaya de frapper aussi fort qu’elle pouvait dessus tout en criant, on sentait que sa soif de faim lui dévorait les entrailles et qu’elle ne pouvait plus le supporter.

Le déni avait plongé Stella dans cet état, mais c’est aussi lui qui l’a gardait en vie, ça lui donnait les dernières forces de se battre et d’appeler à l’aide pour trouver quelqu’un qui pourrait l’aider, mais il était encore très tôt et le soleil venait à peine de se lever, les gens n’étaient pas encore dans les rues, mais bien au chaud chez eux à profiter encore des quelques heures de sommeil qui leur était accordé ou alors en train de prendre un bon petit déjeuner en famille.

Les souffrances de Stella devenaient de plus en plus douloureuses, son ventre commençait à lui faire mal , comme s’il allait exploser de l’intérieur. Elle ne pouvait plus rester debout, elle tomba sur les genoux sans même s’en rendre compte et commença à vomir du sang.

-Je n’ai plus aucune chance, il ne me reste plus qu’à mourir…..Non, je dois vivre, je ne dois pas me laisser faire comme ça… Je ne peux pas, je ne veux pas vivre comme ça.

-Mais tu dois Stella, tu dois vivre et rester comme tu es.

Cette voix venait de l’ombre noire qui lui avait déjà sauvé la vie une première fois, c’était celui qui se faisait appeler Kwazulu, il était toujours habillé avec cette énorme cape noire, mais on pouvait voir son visage plus précisément, il était grand mais sa tête ne ressemblait pas à celle d’un homme, on aurait plus dit un animal gris comme un lion.

-Je t’ai laissé payer le prix de ta bêtise et de tes peurs, je t’ai laissé sortir comme ça, sans rien sur toi et sans rien avoir mangé, ce qui laissait forcément supposer que si tu n’avalais rien, tu allais tomber raide morte, mais maintenant je suis là et je vais te sauver encore une fois.

Il l’a pris dans ses bras pour la relever et commença à retirer sa manche noire.

Puis il lui donna des biscuits à manger, Stella s’exécuta sur le champ, elle avait trop faim pour refuser quoi que ce soit de comestible. 

-Tu dois survivre Stella, pour devenir la dernière des gens comme toi, tu as un grand destin qui t’attend, tu ne t’en rends pas encore compte, mais tu es quelqu’un d’important.

Elle ne semblait pas être capable d’entendre ce qu’il disait, bien qu’elle avait fait un bon repas et récupéré des forces, elle divaguait encore et les seuls mots qui sortaient de sa bouche étaient pour ses parents.

-Papa, Maman…

Pendant ce temps, Sa mère était déjà réveillée depuis un moment, en effet, la police était chez eux pour leur poser des questions à propos de ce qui s’était passé entre eux et de la disparition de leur fille, ils avaient retrouvé les corps des trois autres filles complètement dévorés et ils avaient supposé que c’était dû à des animaux, en effet il y a encore des loups dans le sud.

Il y avait depuis un moment des avis de recherche pour retrouver Stella, mais cela n’avait rien donné et la police voulait savoir pourquoi comme elle n’avait pas trouvé la mort avec les autres filles vu qu’elle se trouvait avec au moment des faits, pourquoi, si elle était encore en vie, elle n’était pas venue voir ses parents, est-ce qu’il pouvait lui être arrivé quelque chose d’autre ?

Dehors, on pouvait voir que des gens étaient venus manifester leur solidarité avec la famille, il y avait énormément de camarades d’université d’Hélène qui s’inquiétaient et voulaient savoir s’il y avait des nouvelles à son sujet.

Malheureusement, il n’y avait rien à dire car personne, ni les parents, ni la police, n’avait de nouvelles.

Un peu plus tard dans la journée, dans une pièce isolée de la cathédrale de Strasbourg, une pièce dont personne ne connaît l’existence à part Strange, Hélène se réveille , elle est toujours habillée avec cette simple serviette qui lui colle à la peau depuis déjà trop longtemps.

-Pourquoi est-ce que vous ne pouvez pas simplement me laisser tranquille ? Cria-t-elle vers Strange, mais, au bout de quelques secondes, elle se rend compte qu’elle flottait dans les airs.

-Qu’est ce que vous faites ? Laissez-moi tomber, je ne veux pas rester dans les airs.

-Tais-toi, tu dois apprendre maintenant les pouvoirs innés que te confère ta situation de zombie, ce n’est pas comme tu peux le croire, il y a des choses à comprendre.

-Laissez-moi tranquille, je vous ai déjà dis que je ne voulais pas être un zombie, c’est complètement stupide.

-Mmm, toute ma vie je suis resté seul à m’isoler ici en cachette, à ne pas me faire repérer par les autres, en attendant que tu arrives, pour que je puisse t’enseigner les choses et mettre fin à cette malédiction de zombie. Tu veux descendre et bien prendre ça.

Aussitôt, Hélène tomba du ciel où elle se trouvait et se cogna sur le sol assez violemment.

-Vous vous foutez de moi, vous essayez de me torturer, vous me montez et ensuite vous me laissez tomber, comme ça, c’est extrêmement dangereux. Si vous voulez vous amuser avec moi ce n’est pas la solution qu’il faut employer, c’est tout pour me mettre en colère.

Le corps de Stella se mit aussitôt à se régénérer et toutes les blessures qu’elle avait disparurent.

Elle fut extrêmement étonnée de se sentir bien tout d’un coup. Elle ne comprenait pas ce qui venait de se passer mais elle se sentait bien, c’était le principal.

-Régénération instantanée, impressionnant, peu de personnes zombifiées peuvent le faire.

-Moi j’ai fait ça ? Les zombies peuvent faire ça ? c’est incroyable.

Stella regardait son corps pour voir toutes les transformations qu’il avait pu y avoir, mais elle était toujours la même à l’extérieur, mais elle sentait que son intérieur était vraiment différent.

-Si tu fais ce que je dis, tu pourras découvrir des choses que les Zoulous sont capables de faire.

Stella était assez perplexe après ce que lui avait Kwazulu et elle voulait s’isoler, il la laissait sortir par une porte dérobée de la cathédrale que personne ne connaissait.

-M’entraîner avec lui, apprendre, j’ai déjà eu assez de mal avec les études dans la vie et maintenant que je suis dans une situation difficile, je dois encore me taper des leçons avec lui ? Il est fou ou quoi ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas faire ce que je veux, suivre ma propre voie, j’en ai marre.

-Alors ma vieille, on est encore en vie en fin de compte, plus belle que jamais ?

Stella se retourna et vit encore une fois Jo lui parler, elle faisait un étrange regard avec ses yeux comme si elle pressentait qu’il allait encore lui arriver de mauvaises choses en sa compagnie.

-Tu dois être probablement fatiguée ma vieille mais viens, on va faire la fête, il est tard maintenant et on peut profiter de la nuit et des bars, je vais un peu te montrer les endroits intéressants, quand on est un zoulou c’est vraiment cool, tu vas voir.

-C’est cool, en fait, ça me fait plaisir de te voir, j’ai besoin de me changer les idées même si c’est avec toi.

-Erf, attends ma vieille, tu vas pas venir avec moi dans ces habits ringards, enfin, tu as juste une serviette et elle pue grave, faut te changer. Heureusement j’ai ce qu’il faut avec moi, je t’ai emmené un sac avec des affaires, ça va t’aller comme un gant.

Jo tendit alors un sac avec des affaires noires pour Stella qui se changea dans un petit coin de la cathédrale où personne ne pouvait la voir. Après quelques minutes, elle sort complètement transformée.

-Merde, c’est quoi cette tenue, où est-ce que tu as trouvé ça ? c’est horrible, ça fait trop bimbo ou prostituée ou je sais pas quoi, c’est pas du tout mon genre, je vais avoir l’air d’une allumeuse avec ça.

Les deux se mirent alors en route pour un endroit plus calme, mais Jo ne pouvait pas s’empêcher de se moquer de la tenue d’Hélène qui semblait ne pas du tout l’apprécier, même si elle continuait de la porter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s